Voila LE livre. Mon livre, ma découverte, mon bijou de 2015: The Orenda, Joseph BOYDEN, traduit en français sous le titre Dans le Grand cercle du monde. . Auteur canadien, d'origine Indienne Nord Américaine (entre autre) , ce type-là a juste dressé le portrait qui me semble le plus cru, vivant, romanesque, instinctif, travaillé, et probablement réaliste, de la population indienne (les Wendat ici en l'occurence)  de tous ceux que j'ai lus jusqu'à présent ( si si, tout ça à la fois). On sent sous ce roman un travail inouï, de recherche,, d'introspection, de maturation et d'observation. Faire se rencontrer deux mondes, au 17ème, les Wendats d'Amérique du Nord, et les missionnaires européens, sans jamais tomber dans la caricature, relève du tour de force, tant on a dit et écrit de choses là dessus. Ici, on ne reconnait personne. On se retrouve tout à coup devant une civilisation aux antipodes de la nôtre, une civilisation qu'on a eu sous le nez pendant des siècles et que l'on n'a pas su regarder. Ca m'a rappelé les populations gitanes de chez nous, qu'on connait tellement, tellement mal. Des visions de la vie qui sont à ce point éloignées des nôtres qu'on les cache prestement derrière quelques clichés et caricatures qui rassurent. La petite anecdote adorée: les  Wendats appelaient les Européens "the hairy ones", les poilus. Ils avaient en horreur le poil sous toutes ses formes, et passaient des heures à s'épiler avec des coquillages. Pour eux, les Européens étaient apparemment des êtres peu civilisés au système pileux trop développé, malingres et tellement inadaptés à ce nouveau continent. Attention celà dit:pas de récit manichéen chez Joseph Boyden, et pas de détour non plus quand il s'agit de décrire l'humaine "sauvagerie" des uns ou des autres. Rarement vu une écriture aussi puissante.

A lire, le superbe interview dans Télérama, http://www.telerama.fr/livre/joseph-boyden-ecrivain-de-souche,113275.php

DANS_GRAND_CERCLE_MONDE_BOYDEN_1_

Now, here is THE book!!!My very own best ultimate favourite in 2015. The Orenda, by Joseph BOYDEN, a Canadian native American  author. This guy just managed to render the rawest, truest to life, most romanesque, instintive, thorough and probably the most realistic portrait of the Wendat Indian people that i was given to read so far ( yes, indeed, all that at the same time....). You can feel this novel demanded tons of painstainking work, introspection, observation, and maturation. Describing North American Wendats and European missionaires clashing/meeting without ever indulging into caricature is just some kind of achievement. Everyone looks new in this novel . Here we are, facing a civilisation totaly at odds with   our own, a civilisation that has been standing  right under our nose for centuries and which we never took time to look right into the eyes. It reminded me so much of our own French "Gitans", living right next to us and about whom we know so little. Whole visions of life that are so estranged from our owns that we hastily look away and hide them behind a few reassuring clichés. I just loved the fact that Wendats used to call Europeans the "hairy ones": hairs had to be removed, with clamshells, and all those new invaders were uncivilised to the point of not doing so, + skinny and sickly and perfectly unfit for life in North America. However, be prepared for harsh scenes and ultra realistic descriptions, and don't expect any polarised visions. One of the most powerful writing i came across.

the orenda