Les fesses calées sur une chaise rouge de bistrot superbement écaillée.

Lundi Matin. Toulouse.

Calepin vissé sur le marbre noir de la  table .

 

cafe-de-la-concorde

 

Dehors, le thermomètre affiche moins quelque chose. Je suis au chaud dans l'un des plus vieux bars de la ville.

Brouhaha d'hiver, enthousiaste et feutré, Entrées, sorties, courants d'air arctique, par l'immense porte , bardée de taquets et verrous de pacotille qui n'ont jamais dû arrêter aucun cambrioleur.

 

Intérieur Café

 

Au dessus des portes fenêtres, une rangée de vasistas vitrés, puis d'autres vitres, qui ne s'ouvrent pas ou plus du tout. Du 3 mètres de haut au bas mot, en simple vitrage mastic-qué, d'une époque où les courants d'air n'effrayaient personne et assuraient santé ( ou trépas....) pour l'hiver .

Tout autour, un immense bric-à-brac de choses et de gens.

 

DSC_0055-2-1140x640

 

Des miroirs Années Folles aux murs, des banquettes de velours rouge , des piliers ronds constellés de vieux morceaux de scotch, des chaises faussement dépareillées, du parquet au sol, des globes de verre Art Déco au plafond. Des platines, Nat King Cole...Des affiches, des chiens, une terrasse avec des couvertures .

Tout a l'air crado, vieillot , joliment désuet, et ça fonctionne. C'est douillet comme jamais. Un vrai bar de quartier.

 

348s

 

Du Bobo local macrobiot à souhait à l'air gai comme un pinson irradié.

Des papis du coin, clé autour du cou reposant sur une honorable bedaine, écouteurs vissés aux oreilles, testant une nouvelle machine très recalcitrante.

Des gens qui travaillent, qui lisent le journal. Des copines qui jacassent avec entrain. Des gens qui téléphonent. Des serveuses qui tourbillonent.

 

pexels-photo-296888

 

Le bruit de la cafetière qui chuinte et souffle . Le cliquetis des cuillères à café sur les soucoupes. Le jet sourd du lait chaud dans les tasses à café. Sur la terrasse dehors, des chiens de race plus ou moins douteuses ont sorti leur propriétaire.

Rien que la vie d'un lundi.

Deuxième café allongé.

 

pexels-photo-324028

 

Cet après-midi, je serai dans les montagnes, à attendre que la neige arrive.

On est loin, très loin du 22 Août. J'ai écrit des milliers de posts depuis .... dans ma tête, sur mon cahier, dans mon portable. mais pas ici!!!!! J'ai pris des milliers de décisions qui vont changer ma vie...ou pas. J'ai visité des sites , des blogs... je suis tombée sur un bien sympa: le blog à histoires. C'est l'histoire d'une fille ( enfin je pense) qui aime lire, tricoter, coudre, et bien sûr jacasser.

Le blog à histoires

Des livres, du tricot, de la couture et encore des livres... Bienvenue chez moi !

http://blogahistoires.over-blog.com

Et même peut-être boire du thé, elle aussi.

Au détour d'un article, Mme Bloggueuse d'histoire parle de son interruption d'écriture, la transforme en concept: le slow blogging. Pardi, que ça me parle. Si y'avait qu'en blogging que j'étais slow.

Elle rajoute que ça doit bien déjà exister, comme concept, mais qu'elle va pas aller voir comment quelqu'un a dû théoriser ça. Alors j'y suis allée moi!!!!

Donc, oui, le slow blogging a déjà été analysé, conceptualisé, théorisé: "bloggons moins, bloggons mieux". "Ajoutons du contenu, oublions les statistiques (,,,,!!!!) les données" et des floppées d'autres notions tout à fait obscures pour moi.

Voyez-vous, je suis une bloggueuse non-avertie. Une bloggueuse d'un autre siècle. Je m'émerveille encore (quand j'arrive à la bonne page) de découvrir qu'il y a une personne qui m'a lue au Chili ( Ne vous cachez pas, je vous ai vu(e)! Merci à vous). L'universalité reste à mes yeux une prouesse humaine. Je vis ma vie en grande dilettante.

Slow Bloggin'? Ca sonne bien, ça me rappelle le boogy. Allons-y donc, c'est reparti pour un tour

 

289f6c1f1e6442d4f724a6a429d1ca51

 

f24f6f255dfb41d3cc6c8a8fcded3f7b--commerce-white-style

 


My bottom squarely sitting on a superbly flaky bistrot style chair.

Monday morning. Toulouse.

Notebook resting on a black marble topped table.

cafe-de-la-concorde

 

Outside, it is minus something cold. I am enjoying the warmth of one of the oldest bar in the city.

Winter hubbub. Entusiastic and muffled. Ins and outs, arctic-cold draughts through the huge door studded with various charmingly useless locks and bolts which have never even looked like a hindrance to any burglar.

Intérieur Café

 

Just above the French windows, a row of fanlights, then more lights, and more windows- which do not open, or not anymore. 3 metres high at the very least, single- glazed mastic-ated window panes, from an age when draught would guarantee winter health ( or death)- and in any case, would not put anyone off. 

All around, an endless bric-à-brac of people and things.

 

DSC_0055-2-1140x640

 

Mirrors from the Roaring 20s on the walls, red-velvet seats, round pillars studded with old bits of sello tape, seemingly mismatched chairs, parquet-wooden floor, Art Deco glass globes hanging from the ceiling. A record deck, Nat King Cole....Posters on the wall, dogs, a terrace with blankets.

Everywhere looks scruffy, oldie, deliciously quaint. It is as cosy as ever. Your genuine "bar round the corner".

 

348s

 

Your local macrobio-diety Boho , as happy as an irradiated lark.

Your local granda, door key hanging round the neck and down over some honorable belly, earphones plugged, testing some new obstreperous technological device.

People working . People reading the paper. Girlfriends jabbering away enthusisastically. People phoning. Waitresses swirling around.

 

pexels-photo-296888

 

The noise of the coffee machine, whistling and huffing.  Teaspoons jingling in the saucers. Hot milk softly gushing into the cups. On the terrace outside, various pedigree or mongrel-y dogs have walked their owners out to the bar.

Nothing more than Life on a Monday morning. Nothing less.

Second long black.

 

pexels-photo-324028

 

This afternoon, I will be somewhere in the mountain, waiting for the snow to come.

Here I am, months away from August 22nd. I have written thousands of posts since then- in my mind, in my notebook, in my mobile. But not here!!!!! I made thousands decisions- some changing my life forever- though most did not. I visited plenty of sites, plenty of blogs..... And i came across Le blog à histoires. This is about a girl (well, presumably) who likes reading, knitting, sewing, and of course, jabbering...away.

Le blog à histoires

Des livres, du tricot, de la couture et encore des livres... Bienvenue chez moi !

http://blogahistoires.over-blog.com

And even maybe drinking tea as well.

In one of her (very well written) posts, Mrs Blogwoman was talking about her blogging interruption, turning it into a concept: slow blogging. Now, that does mean something to me; if ever a word had been carved out for me , it would be slow.

She argued that the concept must have obviously already been invented- though she could not be bothered checking. So i did it for her! 

So yes, yes, and yes, slow blogging has already been theorized, analysed, scrutinized, conceptualized and google-ized: " Blog less, Blog better". " Focus on the content, forget statistics (....!!!), and datas" , plus various other perfectly obscure notions...

Now, let's get this right: I am a truly amateur- blogger. I am blogging all the way from last century...See what I mean? I am still perfectly amazed, if not dazzled, when I happen to land on the right page and discover that someone from far-off Chile has been reading my blog ( don't hide, i have seen you! Thanks a million to you!). Universality remains a human prowess to me. I am a perfect dilettante ( does that sound French or what?!!!)

Slow bloggin'? Sounds right to me. Reminds me of Boogy. Now, here we go again..

 

289f6c1f1e6442d4f724a6a429d1ca51

 

f24f6f255dfb41d3cc6c8a8fcded3f7b--commerce-white-style